Frankenstein

Connaissez-vous Frankenstein ? Le fameux roman de Mary Shelley, écrit une nuit d’orage 1818 et qui relate l’histoire d’une créature faite d’un patchwork de cadavres humains (glamour…), en quête d’amour et qui subit les moqueries et le rejet des autres habitants.

En y réfléchissant bien, ne sommes-nous pas tous semblables à des Frankenstein ? Ce que nous sommes aujourd’hui n’est que le résultat des différentes blessures, déchirures et souffrances que nous avons vécues dans le passé. Le temps passant nous nous sommes recousus comme nous pouvions et nous ne sommes au final qu’un patchwork de ces différentes blessures, de ces « nous » d’autrefois.

Mais au fond ne cherchons nous pas tous la même chose que la créature de Frankenstein? Nous sommes tous en quête d’amour. Nous ne souhaitons que cela car toutes nos actions sont motivées par l’amour : être accepté, aimé, de ses pairs, vouloir manger cet aliment parce que c’est ce que nous aimons, défendre une cause (bonne ou mauvaise) parce que nous aimons l’idée de cette cause, la liste est longue. Mais je crois que l’une des causes principales de ces blessures reste l’amour que l’on cherche auprès des autres car nous sommes des êtres relationnels. Nous avons besoin des autres et de leur amour, de leur acceptation. La principale cause d’amertume envers les autres ou de manque de confiance en soi est le résultat d’un «non amour» d’autrui. Alors comme Frankenstein nous prenons peur, nous devenons agressifs parce que nous n’avons pas reçu cet amour recherché et il ne nous reste plus qu’une solution : revenir auprès de notre créateur, seul lieu où nous nous sentons aimés puisque c’est lui qui nous a donné la vie.

Or aujourd’hui revenons-nous vers lui ? Nous cherchons à ignorer son existence persuadés que l’être humain seul peut se suffire à lui-même et que le temps guérira nos blessures. Une part est vraie. Oui il faut du temps pour cicatriser, seulement si vous ne mettez pas le bon baume pour la guérir cette plaie mettra plus de temps à cicatriser et pourra s’infecter si vous cherchez des produits de substitution durant cette période de cicatrisation. Mais les dégâts que causeront ces « produits » seront plus grands, plus profonds et plus longs que si vous étiez revenus vers votre créateur dès l’origine du problème tel un enfant cours dans les bras de ses parents lorsqu’il se fait mal ou tel Edward (aux mains d’argent), réécriture moderne de Frankenstein qui lui ne choisit pas de s’immoler mais revient vers son créateur lorsque les villageois s’en prennent à lui. Soyez un Edward, et même si comme Frankenstein votre propre « créateur terrestre » vous a rejeté, revenez vers Celui qui vous donnera tout l’amour et les soins dont vous avez réellement besoin combien même vos propres parents vous abandonneraient (Esaïe 49.15).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s